Le rebut, matière première

Le déchet, matériau noble

Le bois constituant les fenêtres est d’excellente qualité. Abattu il y a entre 40 et 100 ans, le bois a eu le temps de sécher et de durcir. L’entreposage, le classement, la reconnaissance d’es- sence, et la détermination des classes d’usage, font partie du processus de revalorisation.

Collecter et valoriser le déchet

L’ESIAM, entreprise à but d’emploi dans les Deux-Sèvres, et Revie-Verre, association intermédiaire en Maine et Loire sont responsables de la collecte des anciennes menuiseries extérieures au sein de déchetteries comme celles du Bocage Bressuirais ou dans des entreprises de pose de menuiseries. Ils se chargent ensuite de les démanteler pour séparer le vitrage, le métal et le bois accepté par nos machines. Le verre est valorisé dans la filière du verre plat, le métal, part en filière de recyclage classique, quant au bois, on s’en occupe !

Identifier et classifier

Après la réception des menuiseries démantelées, la première étape consiste classer les bois en fonction de leur essence et de leur classe d’usage, grace à des outils de reconnaissance macro et micro. Tous les morceaux sont alors tronçonnés, identifiés et classés.

Commencer à composer par la matière

Nous inventons les meubles comme des surfaces à vivre. Pour cela, nous nous sommes laissé inspirer par les formats de pièces de bois que nous obtenons à l’atelier. Les gammes que nous proposons découlent ainsi de dispositifs d’assemblages que nous avons mis en place, puis optimisés pour permettre une variété d’usages.

Séparer les pièces pour les laisser respirer et trouver leur place dans des cadres paysagés.
Dérouler des lattis de fines sections pour les usages de jardin et d’ombrage.

Façonner des plateaux en collant les pièces massives pour le cadre de vie intérieur.